Service technique

Le Service technique Salola Environnement vous aide à faire les bons choix pour éviter les pathologies liées à une mauvaise gestion de l’humidité.

Pour rénover et construire des bâtiments à basse consommation d’énergie, voire à énergie positive, il convient d’être prudent pour ne pas risquer de créer des pathologies — auparavant inexistantes — liées à la mauvaise gestion de l’humidité.

Les sources d’humidité dans les bâtiments se répartissent en trois grandes familles :

- Les sources extérieures au bâtiment : elles sont principalement constituées de la pluie (pénétration par la façade ou par la toiture) et des remontées capillaires (par les fondations ou les murs enterrés).

- Les sources provenant du bâtiment lui-même : que ce soit en neuf ou en rénovation, les matériaux possèdent une certaine humidité qu’ils vont dans certains cas devoir évacuer. C’est le cas du séchage du béton ou des enduits par exemple.

- Les sources liées aux usagers : une personne émet de la vapeur d’eau par respiration et par sudation. La cuisine et la toilette sont aussi des sources d’humidité liées à l’utilisation du bâtiment.

Jusqu’à récemment (et encore maintenant, hélas !), la plupart des bâtiments construits étaient très peu étanches à l’air. Par jour de vent, le taux de renouvellement atteignait souvent la dizaine de volumes par heure, même pour des bâtiments soit-disant performants. Cette inétanchéité créait de gros problèmes de chauffage, mais elle permettait une évacuation facile de l’humidité de l’air intérieur sans créer aucune pathologie.

Les exigences de la très basse consommation font que l’on recherche au contraire la meilleure étanchéité à l’air possible.

En effet, il est nécessaire de contrôler les débits de ventilation afin de ne fournir que ce qui est nécessaire et de limiter les pertes thermiques par ventilation et infiltration. Ainsi, les labels Passivhaus ou Minergie P prévoient un taux d’infiltration maximum de 0,6 volume par heure sous 50 Pa. On obtient alors des taux de renouvellement d’air par jour de vent, de l’ordre de 0,5 à 1 volume par heure, soit près de 10 fois moins que dans les bâtiments traditionnels.

Ceci va, évidemment, grandement modifier les transferts traditionnels d’humidité : ce qui auparavant était évacué par les exfiltrations doit maintenant transiter dans la paroi pour s’évacuer vers l’extérieur. Ces exfiltrations peuvent également être sources de pathologies. Notons que dans les anciens bâtiments, les parois étaient très perméables à la vapeur et constituées de matériaux capillaires, ce qui s’ajoutait aux exfiltrations d’air pour permettre la bonne évacuation de l’humidité.

Pour vous garantir une parfaite étanchéité à l’air tout en évitant les risques liés à une mauvaise gestion de l’humidité dans le bâtiment, le service technique Salola Environnement réalise pour vous des études via le logiciel WUFI. Ce logiciel permet d’identifier dans le temps les risques de condensation dans les parois. Ceci vous permet de faire les bons choix quand aux matériaux et membranes d’étanchéité à l’air à utiliser dans vos bâtiments.

Attention : il est bien entendu que cela n’évite pas de réaliser une étanchéité à l’air parfaite et minutieuse.

Alors contacter sans tarder notre service technique par email : contact@salola.fr ou votre conseillé commercial en région.
Cliquer ici pour obtenir le formulaire à compléter.

Voici un exemple d’étude réalisé par notre service technique.

ACTUALITÉS